Se connecter

Le Shoffar

LE SHOFFAR

blanc

shofar2frgrgrrggrr

Le « Shofar » est une corne de bélier, utilisé comme trompette et dont les sons différents, sont des signaux de convocations ou rassemblements, mais aussi et surtout pour des événements graves : appel aux armes, départ au combat, signal de danger, etc.

Le « Shofar » fait aussi partie des instruments de musique pour l’adoration et la louange de l’Eternel (Psaume 150 : 3) et jusqu’à ce jour, dans de nombreuses convocations religieuses de la communauté d’Israël, le « Shofar » retentit.

Il est parlé du « Shofar » pour la première fois dans la Bible en Exode 19 : 16 et 19. C’était une convocation solennelle de l’Eternel au pied du Mont Sinaï. Toute la montage retentissait du son du « Shofar » e

t le peuple était saisi d’effroi en présence du Tout-Puissant. Plus tard la conquête de Jéricho fut réalisée au son du « Shofar » (Josué 6: 5 et 20) et miraculeusement les murailles sont tombées.

Tout au long de la Bible, dans les Juges, Samuel, les Rois, Néhemie, il est fait mention du « Shofar » pour appeler le peuple au combat. Les prophètes ont souvent utilisé dans un sens figuratif et symbolique le « Shofar » pour réveiller le peuple et le rendre attentif à certains événements : nous en parlons un peu plus loin.Dans la Nouvelle Alliance bien souvent il est question du « Shofar » : Yeshoua ou Paul emploient l’expression (Matthieu 6:2- 24 : 31, 1Corinth. 14 : 8 – 15 : 52 -1 Thessal. 4 : 16) et bien entendu l’Apocalypse, de nombreuses fois pour annoncer les événements de la fin (Apoc. 8 et 9 ainsi que 10 : 7 – 11 : 15, etc…). Il est nécessaire de faire remarquer ici que jamais la Bible n’a parlé de cloches dont un certain Christianisme fait largement usage.

Bien que souvent employé dans le contexte des fêtes religieuses, le « Shofar » reste lié, dans la pensée juive, à la venue du Messie et cela est effectivement en relation avec de nombreux passages bibliques et prophétiques (voir un peu plus loin dans ce numéro, notre article : « Les fêtes de Tishri dans « le calendrier prophétique et messianique de la Bible »).

Dans les convocations religieuses, pour les fêtes des trompettes et Yom Kippour le « Shofar » est employé avec des significations différentes, et le son qui en sort est de trois sortes = TEKIA (son prolongé), SHEVARIM (trois sons courts et répétés), TEROUA (neuf sons saccadés). Dans le livre des Psaumes, il est écrit : « heureux le peuple qui connaît le son du « Shofar », il marche à la clarté de ta Face ô Etemel » (Psaume 89: 16).

Connaître prends ici la signification de comprendre le sens et la raison de l’appel entendu et cela rejoint les nombreuses fois où les prophètes ont employé symboliquement l’image du « Shofar » ou trompette pour avertir le peuple d’événements graves à venir ; voici quelques exemples :

« Sonnez du « Shofar » en Sion… car le jour de l’Eternel arrive. (Joël 2 : 1). « Sonnez de la trompette dans le pays » (Jérémie 4 : 5). Avertissement prophétique de danger pour le peuple d’Israël revenu au pays et peut-être en relation avec « le temps d’angoisse pour Jacob » (Jérémie 30 : 7). Dans Ezechiel 33 : 4 à 5 c’est un avertissement solennel pour ceux qui ont la charge d’informer et prévenir le peuple : « Sentinelle… établie… qui voit venir l’épée sur le pays et qui doit sonner du « Shofar » et avertir le peuple ». Sans oublier, bien entendu, l’annonce prophétique d’Isaïe concernant le retour actuel d’Israël dans son pays : « En ce temps-là… vous serez ramassés un à un, enfants d’Israël !… En ce jour on sonnera de la « Grande trompette » et alors reviendront ceux qui étaient exilés au pays d’Assyrie ou fugitifs en Egypte et ils se prosterneront devant l’Eternel sur la montagne sainte, à Jérusalem » (Isaïe 27 :12 à 13).

Un rabbi d’autrefois du Judaïsme traditionnel. Moïse Maïmonide, disait : « Bien que la sonnerie du « Shofar » soit une ordonnance Divine dont la signification profonde nous échappe, elle suggère à l’être humain de secouer sa torpeur, se réveiller, examiner ses actions et retourner à Dieu (Teshouva = repentance) ».

C’est en effet cela que le psalmiste voulait dire par cette parole : « Heureux le peuple qui connaît le son du « Shofar ».

Commentaire(s) sur “Le Shoffar
  1. paya a ecrit:

    Je vous remercie pour ce texte très instructif.
    SHALOM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Image CAPTCHA

*requis

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>