LA PUISSANCE DES MOTS – Par Rav Emmanuel RODRIGUEZ-PEREZ

La personne que vous serez dépendra, en grande partie, de la façon dont vous utiliserez les dons que le Seigneur vous a prodigués : votre parole et votre intellect.

Chaque fois que vous vous adressez à une autre personne, vous êtes face à un choix : Que dois-je dire à cette personne en ce moment et comment dois-je le lui dire ?

Vous aurez un choix à faire, quant à la nature des mots que vous utiliserez, ce qui permettra à votre prochain de se sentir parfaitement à l’aise et, surtout, l’aidera à renforcer son image.

Les mots, une fois prononcés, ne peuvent jamais être retirés. Le tort et le préjudice, causés par une insulte ou une parole blessante, peuvent durer toute une vie.

Lorsque vous manquez de respect à une personne, et que vos paroles lui causent de la peine, vous touchez à sa dignité. La plus grandebonté consiste à aider l’autre à se forger une image de soi positive. àl’inverse, le pire des crimes est de dérober son estime de soi à autrui ou même de la lui rabaisser.

La plupart du temps, les gens ne sont pas tout à fait conscients du tort considérable qu’ils causent en faisant des remarques destructives et démoralisantes ou en blessant leur prochain avec un discours agressif et irrespectueux. Il est tellement facile de faire des commentaires contre-productifs ou de poser des questions qui ne mènent nulle part. Les déclarations négatives se déclinent sous d’innombrables formes.

Malheureusement, il arrive à tout le monde de se montrer nerveux, voire coléreux. Ces sentiments sont le terreau de commentaires blessants et vexants.

N’importe quel conseiller ou thérapeute vous dira les innombrables cas de dommages causés à des enfants qui ont été insultés par leurs parents, leurs enseignants, leurs frères et sœurs ou bien leurs camarades, amis ou voisins. Les cicatrices invisibles provoquées par des mots blessants occasionnent douleur et angoisse.

N’importe quel conseiller conjugal vous dira les conséquences de la douleur causée aux maris et aux femmes par des paroles qui ont été proférées dans un moment de frustration ou de colère. Même les personnes les plus gentilles au monde parlent de manière inadéquate lorsqu’elles sont de mauvaise humeur.

Quelle est la solution que Yeshoua apporte sur la puissance de nos mots ? Nous devons tous faire attention aux paroles que nous prononçons. Il est fondamental de prendre conscience du pouvoir et de l’impact des mots. Heureusement il existe une conscience, dont nous avons tous désespérément besoin, sur les relations humaines dans notre méditation quotidienne.

Romains 12:14-15
Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas.  Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent ; pleurez avec ceux qui pleurent…

Matthieu 5:44
Mais moi je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.

1 Pierre 3:9
Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction.

Vous avez le pouvoir de construire un monde meilleur avec les mots, les paroles que vous prononcerez avec sagesse et bonté. Faire le contraire revient à détruire des vies.

Nos états d’âme ont un énorme impact sur ce que nous disons et sur la manière dont nous le disons.

• Par exemple, lorsque nous avons faim et que nous sommes fatigués, nous sommes plus enclin à mal réagir, nous devons, dans ces moments, faire particulièrement attention à ce que nous disons.

• Quand intervient une incompréhension avec une personne, cela génère de la frustration, nous devons veiller à éviter toutes remarques sarcastiques.

• Lorsque nous sommes en colère contre une personne et que nous voulons l’informer de nos sentiments, nous devons trouver, en nous, l’autocontrôle nécessaire pour exprimer nos sentiments, sans la rabaisser ni l’humilier.

• Lorsque nous sommes dans une dispute, nous devons nous efforcer à rester calmes et posés, et nous exprimer avec respect.

• Le conseil le plus important (et le plus difficile) à garder à l’esprit est :

« Réfléchissons avant de parler !»

 

Par Rabbi Emmanuel RODRIGUEZ-PEREZ