Catalogue des CDs d’enseignements 2018

Thématiques :

  1. Les fêtes de l’Eternel : Eloul
  2. Bilam et l’esprit du faux prophète
  3. Le corps du Messie
  4. L’homme nouveau et le corps du messie
  5. L’homme intérieur dans le corps du messie
  6. L’Homme Nouveau dans le Corps du Messie
  7. Les fêtes de l’Eternel : le temps de l’Omer
  8. Les fêtes de l’Eternel : Shavouoth
  9. Yom HaBikourim et le temps de l’Omer
  10. Le Corps du Messie dans les temps de la fin des temps
  11. Temps des Nations et temps du Messie
  12. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin
  13. Les fêtes de l’Eternel Pessa’h

Mardi 28/08/2013

Titre: « Le sens profond du pardon dans la vie spirituelle »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Eloul »

Résumé :

Il y a aujourd’hui une difficulté à entendre ou recevoir la Parole spirituelle de Dieu. Bien souvent, les termes sont appauvris, dans ce que nous appréhendons de leur sens et de leur fonction, ce qui peut expliquer chez les croyants, des vies « religieuses » plus que réellement habitées par la présence de Dieu.

Eloul est un mois qui offre l’occasion de réfléchir à nos vies et à notre marche avec Dieu. Le secret réside dans notre intimité avec Hashem, dans une attention de chaque instant pour veiller sur l’état de notre âme afin qu’elle reste dans la dimention du Vivant.

Quels en sont les principaux fondements ? Notre application à maintenir Sa joie en nous de manière parfaite ; le bouclier (magen) de la foi (emouna) pour éteindre les traits enflammés du malin ; la prière (tefilah)… Mais l’élément qui vient se greffer sur l’emouna et la tefilah, et leur donne réellement un poids, est le pardon.

A la lumière de l’enseignement du Messie, nous devons nous rappeler que le pardon est inconditionnel, qu’à la fois il exprime l’essence même de l’humilité, et rend seul possible l’accès au Ciel. Il doit en quelque sorte être une seconde nature, et représente la clef d’une vraie dimension spirituelle dans nos vies.

Mots clefs : Eloul ; marcher avec Dieu ; la Parole, une semence ; dimension du pardon.

Réf. bibliques : Ephésiens 6/16 ; Michle/Pro 30/32 : Ephésiens 4/29 ; Mat. 18/21-35 ; Esaïe 55/10/12 ; Lev 19/18 ; Deut. 6/5 ; Mat. 22/37-38.

Shabbat 25/08/2018

Titre : « Le mystère d’Eloul et les villes de refuge »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Eloul »

Résumé :

Eloul est un mois très particulier dans le calendrier hébreu. Il y est fait référence dans plusieurs passages bibliques, de manière cachée, en acrostiche, notamment dans le Cantique des Cantiques. L’étude des mystères de ce mois nous amène dans la compréhension profonde du goel, c’est-à-dire du rachat et de la rédemption. Car le véritable amour de Dieu est de nous délivrer.

Au travers d’Eloul, Dieu nous offre une « ville de refuge », il fixe un lieu de salut pour l’être en fuite face au jugement d’une faute non préméditée, s’adressant ainsi à toute âme, et qui se trouve dans Son pardon.

Avec sa lettre vav au milieu, Eloul se présente comme le mois ayant la capacité inouïe de transformer nos vies, de changer l’état de deuil et d’affliction en joie, afin que nous ayons une vie libérée, guérie.

Mots clefs : Eloul ; acrostiches d’Eloul ; villes de refuge ; délivrance et rédemption.

Réf. bibliques : Shir Hashirim/Cant. 6/4 ; Devarim/Deut. 30/6 ; ‘Hadassa/Esth. 9/22 ; Shemot/Ex. 21/13 ; Devarim/Deut. 4/37-43 

Mardi 21/08/2018

Titre : « ‘Hanokh et Enosh : blessure et guérison des pères »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Eloul »

Résumé :

Ce temps d’Eloul qui sert à nous rapprocher de Dieu, ouvre un itinéraire nouveau de vie, si nous savons faire les bons choix. Souvent, le secret d’une vie nouvelle est en nous, inscrit dans le nom que nous portons. Mais il faut que celui-ci prenne sa place dans notre identité.

Le livre de Berechit nous enseigne le secret de deux noms porteurs de deux identités opposées pour l’humanité, depuis Adam : ‘Hanokh et Enosh, descendants respectifs de Caïn et Shet. Deux lettres communes, au centre des deux noms. Et deux lettres qui les différencient radicalement, celle qui qui les « ouvre » et celle qui les « ferme. »

L’hébreu enseigne comment ces lettres traduisent exactement les choix respectifs de ‘Hanokh et Enosh par rapport aux blessures des pères, démarrant deux lignées aux destins opposés dans l’histoire de la rédemption. Il est écrit : qu’Elie « ramènera le cœur des pères à leurs fils et le cœur des fils à leurs pères. Focus sur ‘Hanokh.

Mots clefs : Eloul ; itinéraire vers la Rédemption ; Caïn et Lemekh ; ‘Hanokh et Enosh.

Réf. bibliques : Berechit 4/16-19 ; Berechit 5/6 ; 8-11 ; Malachie 3/23-24 ; Ephésiens 2/13-16.

Shabbat 18/08/2018

Titre : « Eloul, le mystère de Dieu et de Son Messie »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Eloul »

Résumé :

Le temps d’Eloul est celui d’un rapprochement privilégié avec Dieu. Le but du cheminement intérieur auquel il nous invite, n’est pas d’entrer dans une vie améliorée, mais d’apprendre à nous diriger vers le Malkhout de Dieu.

La parasha Ree (Vois !) nous interpelle : aujourd’hui, si nous faisons les bons choix dans notre marche, aujourd’hui, notre futur et celui de nos enfants, peut changer. Mais que « voyons-nous » aujourd’hui ? Quels sont les filtres que nous appliquons au regard intérieur qui nous dirige ? « …Aujourd’hui, je vous propose la bénédiction ou la malédiction… » Brakha Ouk’lalah.

Bénédiction ou malédiction, le « ou » (lettre Vav, en hébreu) n’ayant pas ici le sens d’exclure. C’est-à-dire qu’il y a un choix attentif de chaque instant, où tout peut basculer, d’un « Hayom » à un autre, d’un moment à un autre, selon notre vision et notre puissance de décision. Tel est le chemin d’Eloul, reconquérir la bénédiction après la malédiction.

K’lalah (malédiction), est de la même famille que le mot Kal : léger (héb)… Ainsi devons-nous réfléchir aux « portes » que nous ouvrons et fermons dans notre appréhension de la vie. Yeshoua Hamashia’h a dit de lui-même qu’il était la Porte, et que « large et spacieux est le chemin qui mène à la perdition… Mais étroite la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie. »

Les deux chemins, vers la bénédiction ou la malédiction, nous ramènent aux deux arbres du Gan Eden : arbre de la connaissance du bien et du mal, et arbre de Vie. Yeshoua Hamashia’h n’est pas seulement l’image du Dieu vivant, mais cet arbre de Vie pour ceux qui le trouvent.

Mots clefs : Eloul ; parasha Ree ; bénédiction/malédiction ; K’lalah (malédiction) et Kal (léger) ; arbre de la connaissance du bien et du mal, arbre de Vie.

Réf. bibliques : Devarim/Deut 11/26-16/17 ; Devarim/Deut 27/11-15 ; Mattityahou/Matt 7/13-14 ; Apocalypse 3 & 4 ; Bemidbar/Nbre 24/17.

Mardi 07/08/2018

Titre : « Bilam et l’esprit du faux prophète » (2)

Thématique : « Bilam et l’esprit du faux prophète »

Résumé :

Suite de l’enseignement du 04/08/2018.

A bien y réfléchir, les événements relatés dans la parasha Baraq vont au-delà d’un épisode de l’histoire d’Israël. Bilam interpelle sur les fondements de la prophétie véritable.

Le prophétisme hébreu nous amène dans le domaine de la révélation, dans l’efficacité d’une parole indépendante de toute intelligence humaine, qui est d’abord promesse et qui devient accomplissement.

Le décompte du temps et les rendez-vous divins sont fixés dans la Torah, dès la création, et offrent le cadre de cet accomplissement prophétique. Jusqu’au temps du Messie. Car le but de la prophétie, c’est le Messie.

L’esprit de Bilam anime aujourd’hui toutes sortes de tendances et de croyances qui participent à la construction d’un système qui amènera in fine le faux prophète, avec contre-façons dans l’organisation du temps et des énoncés prophétiques.

Le judaïsme rabbinique enseigne que seul Mashia’h apportera la connaissance de Dieu. Bereshit (Genèse) donne la clef du filtre qui sépare science de Dieu et science des hommes.

Cette clef est en effet présentée dès la création, dans la distinction faite entre les deux arbres du Gan Eden : l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Mots clefs : parasha Balaq ; la prophétie de Bilam ; révélation, science divine et esprit du faux prophète ; Kelem (Héb : Détruis)/Melekh (héb : Roi) ; arbre de Vie et arbre de la connaissance du bien et du mal ; Tselem (image).

Réf. bibliques : Nombres 22/1-25/9 ; Hébreu 1 ; Daniel ; Tehilim/Ps. 133 ; Yo’hanan/Jean 4/19-26 ; Yo’hanan/Jean 4/36-38 ; Yo’hanan 17/1-3 ; 1 Yo’hanan 5/18-20.

Shabbat 04/08/2018

Titre : « Bilam : la malédiction impossible d’Israël » (1)

Thématique : « Bilam et l’esprit du faux prophète »

Résumé :

Alors qu’Israël, progressant du désert vers la Terre Promise, campe dans les steppes de Moab, Balak (roi de Moab) demande à Bilam, prophète des nations, de maudire ce peuple.

La motivation de Balak est assez troublante. Israël n’est pas une armée, et vise seulement à traverser le pays de Moab pour entrer en Canaan. Pourtant, Balak est au fond convaincu qu’il n’aurait pas la victoire sur Israël par le moyen de la guerre.

Pourquoi ce choix de la malédiction au lieu du combat ?

« Bilam » a pour racine hébraïque, les deux termes Baal (maître ; celui qui veut posséder) et ‘Am (peuple). Son nom signifie donc littéralement : « Qui n’a pas de peuple », « Dévorant », « Qui ôte l’existence du peuple. » Bilam tente par trois fois de maudire Israël. Puis il a la révélation sur Mashia’h. Mais quand Balak disait « Kelem » (en héb., maudis, détruis !), El Shaddaï disait à Bilam : « Melekh » (en héb., Roi)…

Mots clefs : parasha Balak ; Bilam, malédiction, bénédiction ; Kelem (héb. : Maudire), Melekh (héb. : Roi).

Réf. bibliques : Nombres 22/1-25/9 ; Nbre 31/8 ; Nbre 31/16 ; Deut. 23/4-5 ; Josué 13/22 ; Jos. 24/9-10 ; Néhé. 13/2 ; Mic. 6/5.

Shabbat 30/06/2018

Titre : « La Torah de vie »

Thématique : « Le corps du Messie »

Résumé :

Quel est le message de D.ieu aux hommes ? Quel est le corps de Mashia’h ? Commençons par cette question : « Qu’est-ce que l’homme pour que tu t’en souviennes ?… » (Tehilim/Psaumes 8/5). C’est une question que l’on doit se poser car la réponse est importante. « Voici l’homme… », répondra Ponce Pilate à propos de Yeshoua. Comment comprendre la pensée rabbinique de Shaül de Tarse au sujet de la loi et du péché (Romains 7) ?

Deux termes grecs désignent la « faute :

Amartia (= Péché) est un substantif, un nom propre porteur d’une identité, mais qui n’apparaît dans le texte biblique, qu’avec Caïen lorsqu’il écoute sa colère. 

Parabis (= Transgression) apparaît en Berechit 3.

Shaül de Tarse sait que Davar (= Parole) est puissance et créatrice, amenant à l’existance ce qui est néant. Qu’il y a une identité de la vie, et une identité de la mort.

D.ieu dit : « Que la lumière soit. Et la lumière est… ». D.ieu dit : « Tu ne mangeras pas à l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal. » Dans les deux cas où D.ieu dit, c’est le même niveau de puissance qui parle, la même force. Pourtant, Adam mangea la parole frauduleuse du Na’hash.

Shaül de Tarse explique comment le DAVAR, la Torah de vie, est puissante, le péché et la mort ne prenant leur force que dans la transgression de la Torah. Puissante, mais inefficace pour l’homme.

Mots clefs : Shaül de Tarse et la Torah ; le corps du messie ; Amartia (péché, faute) / Parabasis (transgression).

Réf. bibliques : Actes 21 ; Rom. 7/6-20 ; Berechit/Gen. 2 & 3.

Mardi 26/06/2018

Titre (proposé) : « L’homme nouveau, mort au péché »

Thématique : « L’homme nouveau et le corps du messie »

Résumé :

Shaül de Tarse pose des questions par rapport à des problèmes très réels, comme le fait que nous puissions dire être un Homme Nouveau, tout en restant tellement enclin au mal, sans parvenir à le dominer.

Si nous sommes morts au péché, comme vivrions-nous en lui ?Pour l’apôtre, il existe deux catégories de croyants qui s’excluent par nature : ceux enclin au mal et ceux qui marchent dans le Messie. Il n’est nulle question de jeûner ou prier. L’homme qui est mort au péché, qui est-il ?

Mots clefs : homme nouveau et péché ; tevila (baptême) ; du JE au TU et au NOUS.

Ref Bibliques : Rom. 6/1-11.

Shabbat 23/06/2018

Titre : « Vallée des pleurs ou chemin de vie »

 Thématique : « L’homme intérieur dans le corps du messie ; le corps du messie »

Résumé :

Shavouot nous a introduit dans un itinéraire totalement nouveau, qui nous amène jusqu’à Yom haShofarim. Dans ce cheminement se joue la construction de l’homme intérieur, non religieux, mais qui a fait une expérience avec le messie et qui vit dans sa dimension.

Nous avons vu la subtilité des deux termes grecs employés par Shaül de Tarse pour désigner les différents types d’homme (intérieur et extérieur), dans une pensée juive. De même, dans l’hébreu, être à l’image et à la ressemblance de D.ieu, c’est être dans le masculin et le féminin.

Le dernier Adam s’adresse à l’homme intérieur et le construit. L’homme intérieur en nous a un nom qui est lié avec le messie. « Mashia’h en nous, l’espérance de la gloire… » C’est toute l’identité de l’homme nouveau, dont l’âme a acquis une saveur, et qui est le sel de la vie.

Comment construire l’homme intérieur ? Dans l’hébreu, la vallée des pleurs (Tehilim 84) renvoie à une vallée de désespoir constante. Un enseignement simple mais essentiel, si le cœur l’entend.

Mots clefs : l’itinéraire de Shavouot à Yom haShofarim ; l’homme extérieur et l’homme intérieur, selon Shaül de Tarse.

Réf. bibliques : Berechit/Gen. 3 ; Coloss. 1/26-29 ; 2 Co. 4/16-17 ; Eph. 3/14-18 ; Coloss. 2 ; Tehilim/Ps. 84.

Mardi 19/06/2018

Titre : « L’homme intérieur »

Thématique : « L’homme nouveau dans le corps du messie ; le corps du messie »

Résumé :

Suite de l’enseignement du 12/06/2018.

L’homme intérieur est une dimension de l’enseignement de Shaül de Tarse, aujourd’hui trop peu développée.

C’est pourtant un sujet extraordinaire de l’apôtre, imprégné d’une pensée hébraïque qu’il s’efforce de partager aux nations. Avec l’homme intérieur, nous sommes loin de la définition d’une attitude d’intériorité et de repli sur soi.

« Prépare-toi à la rencontre de ton D.ieu », exhorte le prophète. Shaül de Tarse écrit qu’il n’existe aucune condamnation pour ceux qui sont en Yeshoua. D.ieu veut nous construire dans toutes les dimensions de l’âme pour arriver au 5ème niveau qui est celui de la vie elle-même : ye’hida, l’âme de la résurrection.

Mots clefs : l’homme intérieur selon Shaül de Tarse.

Réf. bibliques : Rom. 6/5-11 ; Eph. 2/4-7 ; 2 Co. 4 en totalité ; Coloss. 3/9-10 ; Rom. 6/2-11 ; Rom. 7/7-23 ; Eph. 2/14-19 ; Eph. 3/14-18 ; Eph. 4/13-16 ; 2 Co. 4/16-17. 

Mardi 12/06/2018

Titre : « L’homme parfait, accompli »

Thématique : « L’homme nouveau et le corps du messie »

Résumé :

Après Shavouot, l’important est d’acquérir un niveau de maturité qui nous amène dans la dimension de l’homme achevé, rendu parfait dans le messie (Eph. 4/13).

Suis-je seulement un bon croyant moral ? Avons-nous la compréhension de ce que D.ieu attend de nous lorsqu’il parle de cet homme rendu parfait dans le corps du corps du messie ?Pour désigner cet homme parfait, ou homme achevé, le terme grec employé dans le texte est andra téléionAndra a le sens d’anêr qui veut dire homme, dans le sens de masculin.

Pourquoi Shaül de Tarse n’emploie-t-il pas le terme anthrôpos (nature humaine), et désigne-t-il l’homme qui doit s’accomplir comme un homme mâle ? Au travers de l’apôtre, de quel homme D.ieu est-Il en train de parler ? Même s’il écrit en grec, Shaül de Tarse a une pensée purement hébraïque.

Finalement, deux types d’homme opposés ce dégent de cette pensée, sur lesquels l’apôtre veut nous faire réfléchir : l’homme intérieur, sauvé, dont l’âme vit et forge son identité en D.ieu, et qui rescussitera ; l’homme extérieur qui marche avec son ego et s’exprime avec le JE, quand l’homme intérieur s’adresse toujours à l’autre et emploie le TU.

Mots clefs : l’homme parfait, achevé, selon Shaül de Tarse ; andra téléion, anêr, plêroun compléter) / anthrôpos ; le corps du messie.

Réf. bibliques : Eph. 4/11-13 ; Rom. 11/17.

Shabbat 09/06/2018

Titre : « De l’Homme Nouveau à l’Homme Intérieur »

Thématique : « l’Homme Nouveau dans le Corps du Messie »

Résumé :

Cet enseignement introduit une réflexion sur l’Homme Nouveau, en préparation à l’étude de la pensée de Shaüel de Tarse qui suivra (9, 12, 19 et 26/06/2018). « Qu’est-ce que l’homme pour que tu t’en souviennes… », interroge le psalmiste. La question est des plus pertinentes.

Quel type d’homme sommes-nous ? Car qu’est-ce que l’homme quand il n’est que la poussière de la création ? Qu’est-ce que l’homme devant l’infini ? Le grec dispose de deux termes pour désigner l’homme : anthrôpos dans le sens d’humanité, et aner dans le sens de mâle. L’hébreu est quant à lui, riche de plusieurs termes : adam, ish, enosh.

L’étude revient sur l’origine et l’histoire de l’Homme Ancien, et nous donne la compréhension de cet Homme Nouveau, dont l’identité à l’image et à la ressemblance de D.ieu, lui a été rendue par le Messie.

Mots clefs : Homme Ancien, Homme Nouveau ; anthrôpos, aner ; adam, ish, enosh.

Réf. bibliques : Tehilim/Ps 139 ; Ezechiel ; Matt. 4/4 ; Berechit/Gen.  5/7-11 ; Berechit/Gen. 1/26-27 ; Berechit/Gen. 2/7-8.

Shabbat 02/06/2018

Dans ces temps d’après Shavouot, nous avons abordé la question de savoir ce qu’est entrer dans l’Homme Nouveau et marcher en nouveauté de vie.

Un tout autre autre programme est celui de la construction de l’Homme Nouveau, avec cette compréhension du but de notre existence dans l’accomplissment de Mashia’h.

Avoir vaincu la mort, signifie que ce qui n’a jamais été sera. Ce qui veut dire, une âme nouvelle. Quelle connaissance avons-nous de cette âme nouvelle en nous ? Savons-nous comment elle fonctionne ? « J’ai fait de toi mon premier né », dit le Psalmiste.

La sortie d’Egypte marque un statut noueau. En hébreu, gadol (grand), vient de la racine gad et renvoie aux notions de continuité, constance, stabilité. Katan (petit), vient de la racine kat qui signifie fragmenté.

Mots clefs : construire l’Homme Nouveau ; gadol/gad, katan/kat.

Réf. bibliques : Tehilim/Ps. 89/25-30.

Mardi 29/05/2018

Titre : « L’Omer et la formation du Corps du Messie »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : le temps de l’Omer. Le Corps du Messie »

Résumé :

Le temps de l’Omer nous amène à réfléchir au sens profond des deux fêtes qui l’encadrent :

  • Yom Habikourim, qui ouvre le décompte, est liée à la résurrection de Yeshoua Hamashia’h ;
  • Shavouot, qui clôture la période, nous parle du Règne du Messie.

C’est un temps de formation du Corps du Messie, dans un niveau du souffle fort.

Il est écrit que le niveau le plus élevé du combat spirituel est celui qui combat la mort, pour l’avènement de l’Homme Nouveau, l’Homme de la Résurrection. Et lorsqu’il est fait référence au dernier ennemi à vaincre, le défi n’est pas individuel, mais il est lancé à tout le Corps du Messie.

Ehoud – littéralement, en hébreu : Celui dont la louange est le père -, a combattu dans une période de déclin d’Israël, où la dimension du Corps s’étiolait en même temps que l’emouna, pour éclater en quelque chose de plus en plus individuel et affaibli.

Ruth et Orpa représentent également deux dimensions du combat spirituel pour le futur.

Mots clefs : le combat spirituel dans le temps de l’Omer ; la construction du Corps du Messie

Réf. bibliques : Shoftim/Juges 3 & 4.

Mardi 22/05/2018

Titre : « Du lieu de naissance au retour du Messie »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Shavouoth »

Résumé :

Shavouot marque la naissance de l’Homme Nouveau.

Lorsque l’on parle de l’Homme Nouveau, il faut le comprendre comme étant aussi l’Homme Intérieur, pour Shaül de Tarse. Un homme qui a acquis un certain niveau de maturité dans sa marche avec Dieu (« J’ai rejeté ce qui était de l’enfant », dit Paul). Et qui a grandi dans un niveau où le cœur s’est laissé enseigné pour être corrigé et amener la dimension de la Vie.

Shavouot a donné naissance au Klal, au peuple de l’identité de la résurrection. Aujourd’hui, Dieu rassemble Son Corps, un reste fidèle. Ses fondements sont dans l’enseignement – revisiter notamment l’histoire de l’Ecclesia et de la la transmission de l’héritage d’Israël -, et la prière, mais aussi dans l’action et la fidélité.

Mots clefs : Shavouot ; le Klal, une communauté naissante nouvelle, un peuple de l’identité de la résurrection.

Mardi 15/05/2018

Titre : « L’enfant et le fils »

Thématique :  « Yom HaBikourim et le temps de l’Omer. Le Corps du Messie dans les temps de la fin des temps »

Shabbat 12/05/2018

Titre : « Le corps du Messie dans les temps de la fin »

Thématique : « Yom HaBikourim et le temps de l’Omer. Le Corps du Messie dans les temps de la fin des temps. »

Résumé :

Shavouot, 49 jours de purification et de sanctification pour arriver au 50ème.

La sortie de l’Egypte a marqué une première étape dans la fin de l’esclavage. Mais dans la pensée d’Israël, la libération correspond à un très haut niveau spirituel, et le temps de l’Omer est l’occasion d’un travail quotidien et particulier de l’âme dans la perspective de cet aboutissement.

Retour aux sources : quels sont l’origine et le sens de cette quête d’une âme nouvelle à Shavouot ? Tout part de la fête de Yom HaBikourim (Lév. 23/9-14), aussi appelée Fête des Prémices.

Habikourim vient de la racine Bekhor qui signifie littéralement « premier né ».  Le décompte de l’Omer se dit en hébreux : Sifrat HaOmer, ce qui est plus d’un décompte, mais la promesse de ce qui vient.

Dans cette fin du temps des Nations, quel Corps sommes-nous appelés à construire ? Pour répondre à quel appel et quelle mission de D.ieu ?

Mots clefs : fête de Shavouot, Yom HaBikourim/Fête des Prémices, Temps de l’Omer ; Homme Nouveau et Homme Ressuscité ; identité du Corps de la fin des temps.

Réf. bibliques : Actes 8/22 ; Lév. 23/9-14 ; Héb 1/6 ; 1 Co. 15/39-46.

Mardi 08/05/2018

Titre donné : « Temps des Nations et temps du Messie »

Thématique : « Temps des Nations et temps du Messie »

Résumé :

Développement à partir du compte rendu du voyage en Hollande le week-end précédent. Rencontre entre juifs et arabes pour fêter les 70 ans d’Israël, dans le cadre de la réconciliation entre juifs et arabes.

Mardi 01/05/2018

Titre donné : « La naissance des Fils »

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Suite des 17, 24, 28/04/2018. Le temps de l’Omer est celui de la naissance d’un Corps de Fils, engendrés par la transformation de Yaacov au gué de Yabok. Dans la pensée hébraïque, la naissance a toute une sémentique, où vie et mort sont intimement liées.

Mots clefs : Shavouot et le temps de l’Omer ; la formation d’une âme et d’un Corps ; Shemini, le 8ème.

Shabbat 28/04/2018

Titre donné : « D’une naissance physique à une naissance spirituelle »

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Mardi 24/04/2018

Titre : « Du statut d’enfant à celui de Fils« 

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Suite du 17/04/2018.

Quel est le « lieu de naissance » de l’expression Bné Yisraël (Fils d’Israël), quelle en est la source dans la Bible ? Tout remonte au passsage clef du combat de Yaacov avec l’ange. Le statut de Fils est différent de celui de l’enfant, et le cheminement de l’âme dans le temps de l’Omer, renvoie à un travail sur soi et à une croissance de l’être. Parallèlement, le Mishkan (tabercnacle) offre une image du Corps spirituel.

De même que dans le corps physique, la tête est reliée au buste par le cou, l’identité de Mashia’h doit s’exprimer en nous par la voix. Quelle identité, quelle signification donner au Corps de Mashia’h dans les temps de la fin .

Mots clefs : Shavouoth et le temps de l’Omer ; la formation d’une âme et d’un Corps.

Mardi 17/04/2018

Titre : « Le corps du Messie et l’homme nouveau »

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Résumé :

Le temps de l’Omer a été celui de la naissance d’une nation – Israël -, mais aussi de la formation d’un AM (= peuple, en hébreu), d’une âme collective avec une identitée et une orientation particulières. Le texte biblique parle d’ailleurs moins d’un peuple, que des Bné Yisrael, c’est-à-dire des Fils.

Deux ans après la sortie d’Egypte eu lieu l’inauguration du Mishkan (tabernacle), à Shemini (8ème jour), dont l’organisation et le fonctionnement ont été un modèle pour la construction de l’âme et le service avec D.ieu. Si le chiffre 7 nous parle de la Création, le 8 est hors du champ de la connaissance humaine, et renvoie à la dimension de Mashia’h et du Royaume de D.ieu.

Mots clefs : Shavouot et le temps de l’Omer ; la formation d’une âme et d’un Corps ; Shemini, le 8ème.

Réf. bibliques : Berechit/Gen. 3/6 ; Michle/Prov. 3/21 ; Michle/Prov. 3/23-26 ; Héb. 9/23-24 ; Héb. 9/11.

Shabbat 14/04/2018

Titre : « Quand la promesse devient accomplissement »

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Mardi 10/04/2018

Titre : « Shavouoth et la libération de l’âme »

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Shabbat 07/04/2018

Titre : « Sors de Mitzrayim, ton Egypte »

Thématique : « Temps de l’Omer. La formation du Corps de Mashia’h dans les temps de la fin »

Mardi 27/03/2018

Titre : « Des douleurs de l’asservissement à celles de l’enfantement »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Pessa’h »

Résumé :

Sortir et entrer… Quitter l’Egypte n’a pas été simple, et la délivrance s’est accompagnée d’une augmentation des douleurs liées à l’asservissement.

Parallèlement, le retour de Yeshoua HaMashia’h et l’instauration du royaume de D.ieu ne se fera pas sans douleur, comme celui d’un enfantement. Passé, présent et futur forment un tout que l’on doit comprendre et articuler dans notre marche. Dans le calendrier prophétique annoncé notamment par Daniel, dans quels temps sommes-nous ? A quelles réalités devons-nous nous préparer pour éviter, individuellement et collectivement, l’eccueil d’une ecclésia apostate ?

La construction du corps du Messie dans les temps de la fin, va-t-elle se faire sans mal ? Cette restauration d’un corps d’ivrim meshle’him (hébreux messianiques) fait partie de la fin, mais va troubler beaucoup de croyants.

Mots clefs : Pessa’h ; douleurs de l’asservissement, douleurs de l’enfantement ; les doctrines dans les temps de la fin (doctrine des Samaritains, doctrine des Caraïtes…) ; le modèle pour la synagogue messianique.

Réf. bibliques : Luc 22/14-20 ; Ezechiel 37 ; Daniel ; Matthieu 24 ; 2 Thi 3,4,5 ; Shemot/Ex 5/22-23 ; 

Mardi 13/03/2018

Titre : « De la captivité au royaume de D.ieu » (2)

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Pessa’h »

Résumé : suite du 10/03/2018

Shabbat 10/03/2018

Titre donné : « De la captivité au royaume de D.ieu »

Thématique : « Les fêtes de l’Eternel : Pessa’h »

Résumé :

Les quatre coupes de la délivrance bues à Pessa’h sont en relation avec quatre exils. Cette fin de l’asservissement par étape, est, pourrait-on dire, pédagogique. Chaque étape de la délivrance nous amène à mieux comprendre la suivante, et il faut être sorti des quatre exils pour comprendre la délivrance totale, la gueoula.

Cet itinéraire nous amène à découvrir une dimension beaucoup plus glorieuse et universelle que celle d’un salut uniquement individuel. Le mystère est là, dans le texte hébreu qui annonce la sortie d’Egypte.

En Shemot (Exode) 6/2, D.ieu adresse la parole à Moïse en ces termes : « Dieux (elohim, pluriel) parlèrent à Moïse en disant, moi (ani) je suis l’Eternel (le Tétragramme). »

C’est un dévoilement sur l’identité du Nom, de son essence. Nous avons là deux expressions – une au pluriel et une au singulier -, qui disent « dieu », dans la même phrase.

Et le verset 3 continue : « Et je me suis laissé voir à Abraham, Isaac et Yaakov, comme D.ieu puissant, et sous le nom Eternel (Tétragramme), je ne me suis pas fait connaître à eux. »

Pourquoi cette dernière précision dans le texte ? Rachi intervient et apporte une indication précieuse : il existe un lien entre le Nom et la capacité à accomplir les promesses. C’est-à-dire que seul l’identité du Tétragramme est susceptible de réaliser ce qu’Il a promis, et c’est là que tout commence…

Mots clefs : Pessa’h et les 5 niveaux de la délivrance ; Shemot/Exode 6/2-3 ; Rachi et le verset 3 ; les Taanim et le verset 3.

Réf. bibliques : Shemot/Exode 6/2-3 ; Shemot/Exode 12 ; Luc 22/14-20.