Et Dieu fit alliance avec Son peuple, par Emmanuel Rodriguez

Il est fondamental aujourd’hui d’avoir une vision claire du plan prophétique de D.ieu et de son peuple.

L’existence du peuple d’Israël n’est pas le fruit du hasard ou d’un accident de l’histoire, MAIS il est le résultat d’un CHOIX DIVIN :

« Car je l’ai choisi (Abraham), afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l’Eternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu’ainsi l’Eternel accomplisse en faveur d’Abraham les promesses qu’Il lui a faites » (Genèse 18 : 19)

« Et c’est à tes pères seulement que l’Eternel s’est attaché pour les aimer ; et après eux, c’est leur postérité, c’est vous qu’Il a choisis d’entre tous les peuples, comme vous le voyez aujourd’hui » (Deutéronome 10 : 15)

« Je vous (Enfants d’Israël) prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu » (Exode 6 : 7)

« Vous M’appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à Moi ; vous serez pour Moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte » (Exode 19 : 5-6)

Nombreux sont les versets qui pourraient être mentionnés pour appuyer cette réalité.

Ce choix divin et parfait a conduit à établir, entre D.ieu et Israël, un acte pour préserver et garantir cette relation particulière.

Le pacte d’alliance

Il s’agit de l’Alliance ou pacte d’Alliance que D.ieu a établi entre Lui et son peuple.

Ce pacte s’est réalisé au Mont Sinaï par les dix commandements.

C’est à ce moment précis que le peuple sorti de l’esclavage de l’Egypte s’est constitué en peuple pour devenir une Nation.

Remarquons qu’il n’est en aucun cas question d’une alliance provisoire, temporaire et sans but précis. Il s’agit bien d’une alliance éternelle :

« Je traiterai avec eux une alliance éternelle » (Isaïe 61 : 8-9)

Notons que ces deux éléments : l’alliance et les dix commandements sont liés entre eux et sont extrêmement importants. D.ieu a choisi lui-même de faire cette alliance, Il a choisi lui-même de s’attacher au peuple d’Israël, de s’unir à lui, non pas pour une période déterminée mais pour l’éternité !

Examinons ensemble deux éléments

L’alliance

Moshé (Moïse) annonce solennellement la proposition de D.ieu à Israël d’être Son peuple, précisant que Lui, l’Adon, sera leur D.ieu.

A partir de ce moment, une relation particulière entre D.ieu et Israël naît. Cette relation est toute particulière car, désormais, Israël appartient à D.ieu et à cause de cette appartenance à D.ieu, il est différent des autres peuples de la terre, il est mis à part (Nombres 23 : 9).

L’alliance est une révélation faite à Israël. Au travers de cette révélation, le peuple apprend comment il doit vivre en présence de son D.ieu.

La réponse que le peuple fait à l’Eternel face à ce choix se trouve en Exode 19 : 8 :

« Nous obéirons à tous les ordres de l’Eternel ».

L’alliance est, par conséquent, une relation de vie concernant l’ensemble et la totalité de l’existence.

Le professeur Fadiey Lovsky fait une remarque très judicieuse : « Il importe au plus haut point de comprendre que l’infidélité à l’alliance, ou la rupture de celle-ci ne détruit pas l’élection d’Israël, à cause du reste fidèle, aussi bien que de la fidélité de Dieu dans son amour ».

Pour bien comprendre cette alliance, il est important de comprendre sur quoi elle est basée :

Sur la circoncision :

« C’est ici mon alliance que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi : tout mâle parmi vous sera circoncis » (Genèse 17 : 10)

Sur le Shabbat :

« Les enfants d’Israël observeront le shabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une  alliance perpétuelle. Ce sera entre moi et les enfants d’Israël un signe qui devra durer à perpétuité » (Exode 31 : 16-17)

Sur l’offrande et les sacrifices avec les Lévites :

« Moïse écrivit toutes les paroles de l’Eternel … Il prit le livre de l’alliance et le lut en présence du peuple … Voici le sang de l’alliance que l’Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles » (Exode 24 : 4-8)

Sur la shéhina :

« David s’établit dans la forteresse qu’il appela cité de David et l’Eternel, le Dieu des armées, était avec lui. » (II Samuel 5 : 9)

Sur les dix commandements au Sinaï :

Lire Exode 19 et 20.

Les dix commandements

En donnant à Israël une alliance, D.ieu s’engage Lui-même à défendre son peuple, à préserver son peuple en lui donnant les moyens pour subsister.

D.ieu s’est engagé lui-même. L’Eternel l’a voulu ainsi, voici ce qu’Il déclare :

« Je suis le Seigneur, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude » (Exode 20 : 2).

C’est la révélation de D.ieu à son peuple comme étant celui qui l’a libéré.

« Tu n’auras pas d’autres dieux devant Ma face »

Il y a une relation exclusive de D.ieu avec son peuple. Le peuple reconnaît qu’il n’y a qu’un seul D.ieu et qu’il doit le servir. D.ieu n’est pas le D.ieu de tous les peuples mais uniquement celui d’Israël.

« Tu ne feras pas d’image taillée »

L’interdiction de l’image : D.ieu n’est pas un objet que le peuple peut posséder et dont il est le maître.

« Tu ne prendras point le nom de l’Eternel (Hashem) en vain »

Le nom d’une personne, à cette époque, était chargé de Sa présence.

« Souviens-toi du jour du shabbat pour le sanctifier »

« Le shabbat est le jour du repos. Le Seigneur a tout créé en six jours mais le septième, Il s’est reposé ; et, c’est parce qu’Il s’est reposé qu’Il a instauré un jour de repos aussi pour son peuple. Chaque shabbat marque la délivrance de l’esclavage et est une fête en souvenir et en communion avec le peuple d’Israël qui doit se sanctifier pour célébrer et élever le nom de D.ieu. Le shabbat est aussi un signe qui durera à perpétuité placé par Dieu entre Lui et son peuple » (Exode 31 : 16-17)

« Tu honoreras ton père et ta mère »

Honorer les parents est le seul commandement qui renferme une promesse qui garantisse de longs jours et des jours heureux.

« Tu ne tueras point »

« Ratsah » en hébreu et si on le traduit littéralement correspond plutôt à « ne pas commettre de meurtre ». Le verbe tuer n’apparaît, ici, que pour parler du meurtre personnel avec ou sans préméditation. Ce commandement est donc une interdiction de porter atteinte à la vie d’autrui. L’homme est créé à l’image de D.ieu. Supprimer la vie est une atteinte directe à la souveraineté de D.ieu.

« Tu ne commettras pas d’adultère »

La fidélité dans le couple est l’image de l’amour et de la fidélité entre D.ieu et son peuple. Il s’agit d’une relation exclusive.

« Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain »

Sur terre, tout appartient à D.ieu. L’homme n’est que le gérant des biens que D.ieu lui confie.

« Tu ne porteras pas de faux témoignage »

Le faux témoignage au tribunal, de même que le mensonge en général, compromettent la vie communautaire et par conséquent les relations que les hommes ont avec D.ieu.

« Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain »

Ceci concerne la relation avec le prochain et sa famille. Yeshoua reprendra ce commandement dans son sermon sur la montagne (Matthieu 5 : 27) et démontrera que c’est dans le cœur de l’homme que se joue l’observance de l’alliance.

Ces dix commandements constituent la base et la structure de l’alliance entre D.ieu et son peuple.

Ce n’est pas par hasard que le prophète Jérémie dira aux Enfants d’Israël :

« Voici les jours viennent, dit l’Eternel, où Je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle… Mais voici l’alliance que Je ferai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Eternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, Je l’écrirai dans leur cœur et Je serai leur Dieu et ils seront Mon peuple » (Jérémie 31 : 31-33).

Rien ne peut annuler le pacte d’alliance que D.ieu a fait avec la maison d’Israël.

Racines juives de la foi

Le Seigneur nous appelle à considérer nos voies et à chercher sa face pour savoir comment prier et intercéder pour les Enfants d’Israël dans ces temps de troubles, de conflits et d’antisémitisme.

D.ieu est avec Son peuple.

L’Eglise est greffée sur l’olivier franc qu’est Israël.

Elle est introduite dans l’alliance et fait partie du plan de D.ieu avec Israël.

Comprendre que les racines de l’Eglise sont juives, c’est aujourd’hui combattre l’antisémitisme, la désinformation et l’intolérance.

Répondez à l’appel du prophète Isaïe :

« Consolez, consolez mon peuple » (Isaïe 40 : 1)

« Pour l’amour de Sion, je ne me tairai point. Pour l’amour de Jérusalem, je ne prendrai point de repos, Jusqu’à ce que son salut paraisse, comme l’aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s’allume. » (Isaïe 62 : 1)

Notes

Le professeur Fadiey Lovsky est un historien protestant français, né à Paris en 1914 et mort à l’âge de 101 ans à Grenoble en 2015.

Spécialiste des relations entre judaïsme et christianisme, il a reçu en 2000 le prix de l’Amitié judéo-chrétienne de France.

Il a dirigé les Cahiers d’études juives, édités après la Seconde Guerre mondiale par la revue Foi et vie, à la demande du pasteur Charles Westphal, durant une quarantaine d’années. Il rejoint dès sa création en 1970 la commission de la Fédération protestante de France « Église et peuple d’Israël », commission qu’il préside de 1980 à 1986.