Fêtes de l’Eternel

La Bible met en évidence sept Fêtes annuelles que Dieu appelle « Mes Fêtes » (Lévitique 23 : 2).

Elles ont été données par le Seigneur, non pour pratiquer un culte rituel, figé dans un formalisme liturgique qui ne signifie plus rien, comme c’est hélas le cas aujourd’hui, mais bien plutôt pour marquer des événements importants dans l’HISTOIRE DES TEMPS PROPHÉTIQUES ET MESSIANIQUES, pour Israël et le monde entier.

Voici donc énumérées, selon Lévitique 23, les SEPT FÊTES DE L’ÉTERNEL :

a- les fêtes de printemps

  1. la Pâque ou PESSAH,
  2. les Pains sans levain,
  3. la Gerbe des Prémices,
  4. Pentecôte ou SHAVOUOTH,

Le décompte de l’omer (hébreu : ספירת העומר sefirat haomer) est une prescription biblique commandant de décompter chaque jour des sept semaines qui séparent l’offrande de l’omer, au lendemain de Pessa’h, et la fête de Chavouot.

b- les fêtes de l’automne (ou fêtes de Tishri)

  1. la fête des Trompettes ou ROSH HA’SHANAH,
  2. le Grand Pardon ou YOM KIPPOUR,
  3. et enfin la fête des Tabernacles ou SOUCOTH.

Tishri (en hébreu תשרי, « tishri », « tichri », « tishrei » ou « tisseri ») est le 1er mois de l’année civile et le 7ème mois de l’année ecclésiastique du calendrier hébraïque. C’est un mois automnal de trente jours.

Le Plan Divin

C’est en quelque sorte le PLAN DE SALUT préparé par Dieu, en vue du rétablissement d’un monde perdu, tombé dans le chaos.

C’est aussi les différentes étapes que le « Croyant Messianique » expérimente au contact de son Sauveur et Maître car, comme disait l’Apôtre Paul « au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune ou des Shabbats, C’ÉTAIT L’OMBRE DES CHOSES A VENIR, mais LE CORPS (ou la RÉALITÉ) est en CHRIST (c’est-à-dire le MESSIE) » (Colossiens. 2 : 16 à 17).

Sur ces sept Fêtes annuelles, quatre ont déjà vu leur accomplissement prophétique dans l’histoire des temps.

La cinquième est en train de s’accomplir sous nos yeux, tandis que les deux dernières vont venir bien rapidement : le RETOUR DU MESSIE et L’ÉTABLISSEMENT DE SON ROYAUME DE PAIX.

Les fêtes du printemps symbolisent des événements qui allaient se produire au midi des temps, à l’époque de Yeshoua (du Christ), c’est-à-dire à peu près 1300 ans plus tard. Les fêtes de l’automne prophétisaient d’une manière symbolique des événements qui allaient se produire dans les derniers jours, à notre époque, c’est-à-dire 3000 ans plus tard.

Lorsque l’Éternel donna à Moïse un ensemble de révélations qui formaient la Loi, il donna en même temps, d’une manière figurée, le témoignage des plus grands événements qui allaient se produire sur la surface de la terre.

En effet, les sept fêtes sacrées qui font partie de la loi de Moïse portent témoignage de l’expiation de Yeshoua (Jésus), du rejet de Yeshoua par les Juifs, de sa résurrection, de la moisson des âmes au midi des temps, de l’apostasie, du rétablissement de l’Évangile dans les derniers jours, de la rédemption des Juifs, et enfin du Millénium.

L’apostasie (du grec ancien ἀπόστασις (apostasis), « se tenir loin de ») est l’attitude d’une personne, appelée apostat, qui renonce publiquement à une doctrine ou une religion.

La roue des 7 fêtes

Cette roue doit se lire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Elle permet de visualiser la succession des fêtes religieuses. On constate ainsi que les fêtes les plus importantes (Rosh Hachana, Yom Kippour, Souccoth et Simhat Torah) ont lieu durant le mois de Tichri (septembre-octobre).

Roue des fêtes juives_Quentin Ludwig_Eyrolles
Roue des fêtes juives selon le calendrier juif par Quentin Ludwig (Editions Eyrolles)

« Le calendrier juif possède la particularité d’être à la fois solaire (cycle annuel) et lunaire (cycle mensuel). La conséquence en est qu’il faut ajouter, de manière irrégulière, lors de certaines années (dites embolismiques), un mois supplémentaire » (source : Quentin Ludwig, Editions Eyrolles).