Parasha Vayehi (Et Jacob vécut), par Rav Emmanuel

Précédemment : parasha 11 Béréchit/Genèse Vayigash (Il approcha)

Parasha 12 : Béréchit/Genèse 47:28–50:26

Enseignements audio du Rav Emmanuel Rodriguez

Durée totale : 4h30

Commentaires du Rav Emmanuel Rodriguez

Curieusement, la parasha du jour, Vayehi (Il vécut), se concluait par la mort de Yaacov et de Yossef, et clôturait elle-même un cycle, celui de la lecture du livre de Berechit (La Genèse), pour en ouvrir un nouveau : Shemot (l’Exode).

Dans notre monde occidental contemporain, lorsque l’on parle de changement, celui-ci s’envisage très souvent dans une rupture avec le passé, et dans le cadre de la reprise d’un ministère, on pense parfois pouvoir remplacer tout un vécu par une onction.

Yaacov et et Yossef moururent, un livre s’acheva.

L’histoire de ces hommes aurait pu en rester là.

« Il vécut »

D.ieu nous rappelle pourtant là le poids de tout ce qui a été posé, établi durant une vie.

Et si la Torah et les prophètes ne cessent de mettre en parallèle les deux noms, Yaacov et Israël, pour signifier tout l’enjeu d’un combat entre le passé et le futur dans une nouvelle identité en D.ieu, c’est aussi pour souligner la continuité : D.ieu se souvient du passé et oriente le futur.

« Rassemblez-vous autour de Yaacov, celui qui a une fin ; mais écoutez le futur, Israël », nous dit Berechit 49/1.

En transmettant la bénédiction reçue, Israël fait entrer ses fils dans une compréhension du futur.

Le plan de D.ieu ne s’efface pas, mais constitue le lien entre le père et le fils, dans la transmission.

Avant que le monde, la terre, la création, existent, Sion était déjà là. Tel est le Plan de D.ieu.

A partir de là, tout fut mis en place pour que le temple soit construit.

Et bientôt, le Fils de David revient.

Une lecture particulière des chapitres 49 et 50 de Béréchit/Genèse, qui nous exhorte à appliquer notre cœur et notre foi à continuer l’Histoire, jusqu’à ce que le Messie soit.

Ce qui ne constitue pas une attente.

Texte biblique

28 Jacob vécut dix-sept ans en Egypte. La durée totale de sa vie fut de 147 ans.

29 Quand le jour de sa mort fut proche, il appela son fils, Joseph, et lui dit : Fais-moi une faveur : place, je te prie, ta main sous ma cuisse et promets-moi d’agir envers moi avec amour et fidélité en ne m’enterrant pas en Egypte.

30 Quand j’aurai rejoint mes ancêtres, tu me transporteras hors d’Egypte pour m’ensevelir dans leur tombeau. Joseph dit : J’agirai comme tu me l’as demandé.

31 Mais son père insista : Jure-le-moi. Et il le lui jura. Alors Israël se prosterna au chevet de sa couche.

Jacob adopte les fils de Joseph et les bénit

48 Peu après cela, on vint prévenir Joseph que son père était malade. Il prit avec lui ses deux fils Manassé et Ephraïm.

On annonça à Jacob que son fils Joseph venait le voir. Israël rassembla ses forces et s’assit sur sa couche.

Jacob dit à Joseph : Le Dieu tout-puissant m’est apparu à Louz au pays de Canaan et il m’a béni.

Il m’a dit : Je te rends fécond et te multiplierai, je te ferai devenir une multitude de peuples et, après toi, je donnerai ce pays pour toujours en propriété à ta descendance.

Et maintenant, les deux fils qui te sont nés en Egypte, avant mon arrivée ici, je les adopte comme miens. Ephraïm et Manassé seront mes fils au même titre que Ruben et Siméon.

Quant aux enfants qui te naîtront après eux, ils seront à toi. C’est au nom de leurs frères aînés qu’ils recevront leur part d’héritage.

Car lorsque je revenais de Paddân-Aram, j’eus la douleur de voir Rachel mourir au pays de Canaan à peu de distance d’Ephrata. C’est là, sur le chemin d’Ephrata – qui s’appelle Bethléhem – que je l’ai enterrée.

Israël regarda les fils de Joseph et demanda : Qui est-ce ?

Joseph lui répondit : Ce sont les fils que Dieu m’a donnés dans ce pays.  Fais-les approcher, je te prie, dit Jacob, pour que je les bénisse.

10 La vue d’Israël était affaiblie par l’âge de sorte qu’il n’y voyait plus. Il les fit donc approcher de lui et les embrassa.

11 Israël dit à Joseph : Je ne m’imaginais pas te revoir et voici que Dieu me fait voir même tes descendants.

12 Joseph reprit ses deux enfants d’entre les genoux de son père et se prosterna face contre terre.

13 Puis il les prit tous les deux, Ephraïm à sa droite – donc à gauche d’Israël – et Manassé à sa gauche – donc à la droite de son père – et les fit approcher de lui.

14 Mais Israël tendit la main droite et la posa sur la tête d’Ephraïm, qui était le plus jeune, et sa main gauche sur la tête de Manassé. Il croisa donc ses mains, bien que Manassé fût l’aîné.

15 Il bénit Joseph et dit : Que ces garçons soient bénis par le Dieu devant qui ont vécu mes pères Abraham et Isaac, le Dieu qui a pris soin de moi comme un berger depuis que j’existe et jusqu’à ce jour,

16 l’ange qui m’a délivré de tout mal. Qu’ils perpétuent mon nom et celui de mes pères Abraham et Isaac ! Qu’ils aient beaucoup d’enfants partout dans le pays.

17 Joseph remarqua que son père avait posé sa main droite sur la tête d’Ephraïm. Cela lui déplut et il prit la main de son père pour la faire passer de la tête d’Ephraïm sur celle de Manassé.

18 Il dit à son père:  Pas ainsi, mon père, c’est celui-là l’aîné ; mets donc ta main droite sur sa tête.

19 Mais son père refusa et dit : Je sais, mon fils, je sais. Celui-là aussi deviendra un peuple ! Lui aussi sera grand. Pourtant son frère cadet sera plus grand que lui et sa descendance formera plusieurs peuples.

20 Ce jour-là, il les bénit ainsi : Le peuple d’Israël vous nommera dans ses bénédictions en disant : « Que Dieu te rende semblable à Ephraïm et à Manassé !» Ainsi il plaça Ephraïm avant Manassé.

21 Puis Israël dit à Joseph : Je vais bientôt mourir. Dieu sera avec vous et vous fera retourner au pays de vos ancêtres.

22 Quant à moi, je te donne une part de plus qu’à tes frères : Sichem, que j’ai conquise sur les Amoréens avec mon épée et mon arc.

Jacob bénit les douze tribus d’Israël

49 Jacob convoqua ses fils et leur dit : Réunissez-vous et je vous révélerai ce qui vous arrivera dans les temps à venir.

Rassemblez-vous et écoutez, fils de Jacob ! Ecoutez ce que dit Israël, votre père.

Ruben, tu es mon premier-né, le premier fruit de ma vigueur, du temps où j’étais plein de force, toi, tu es supérieur en dignité et supérieur en force.

Bouillonnant comme l’eau, tu n’auras pas le premier rang ! Car tu as profané la couche de ton père, en entrant dans mon lit.

Siméon et Lévi sont frères, ils se sont mis d’accord pour semer la violence.

Non, je ne veux pas m’associer à leur complot ! Je mets un point d’honneur à ne pas approuver leurs délibérations ! Car mus par leur colère, ils ont tué des hommes ; poussés par leur caprice, ils ont mutilé des taureaux.

Que leur colère soit maudite, car elle est violente. Maudit soit leur emportement, car il est implacable ! Moi je les éparpillerai au milieu de Jacob, je les disperserai en Israël.

O toi, Juda, tes frères te rendront hommage, ta main fera ployer la nuque de tes ennemis, et les fils de ton père se prosterneront devant toi.

Oui, Juda est un jeune lion. Mon fils, tu reviens de la chasse et tu t’es accroupi et couché comme un lion, comme une lionne : qui te ferait lever ?

10 Le sceptre ne s’écartera pas de Juda, et l’insigne de chef ne sera pas ôté d’entre ses pieds jusqu’à la venue de celui auquel ils appartiennent et à qui tous les peuples rendront obéissance.

11 Son âne, il l’attache à la vigne, et, à un cep de choix, le petit de l’ânesse. Il lave dans le vin son vêtement, dans le jus des raisins il nettoie son manteau.

12 Il a les yeux plus rouges que le vin, les dents plus blanches que le lait.

13 Zabulon aura sa demeure sur le rivage de la mer, il aura sur sa côte un port pour les navires, son territoire s’étendra jusqu’à Sidon.

14 Issacar est un âne très vigoureux couché au beau milieu de deux enclos.

15 Il a trouvé que le repos est bon, que le pays est agréable, il tend l’épaule pour porter le fardeau et il s’assujettit à la corvée.

16 Dan jugera son peuple, comme les autres tribus d’Israël.

17 Que Dan soit un serpent sur le chemin, qu’il soit une vipère sur le sentier, mordant les jarrets du cheval, pour que le cavalier en tombe à la renverse.

18 Je compte sur toi, Eternel pour accorder la délivrance.

19 Gad agressé par une troupe l’assaillira et c’est sa troupe à lui qui poursuivra la troupe adverse.

20 Aser a une riche nourriture. C’est lui qui fournira des mets dignes d’un roi.

21 Nephtali est semblable à une biche en liberté qui donne de beaux faons.

22 Joseph est un rameau fertile d’un arbre plein de fruits planté près d’une source. Ses branches grimpent et s’élancent par-dessus la muraille.

23 Des archers le provoquent, le prennent à partie, et le harcèlent de leurs flèches.

24 Mais son arc reste ferme car ses bras pleins de force conservent leur souplesse grâce au secours du Puissant de Jacob, qui est le berger et le Roc sur lequel Israël se fonde.

25 Oui, le Dieu de ton père viendra à ton secours, le Tout-Puissant te bénira. Qu’il veuille te bénir d’en haut par des pluies abondantes et par des eaux d’en bas où repose l’abîme, par de nombreux enfants et beaucoup de troupeaux.

26 Les bénédictions de ton père surpassent celles des montagnes antiques et les meilleurs produits des collines anciennes. Que ces bénédictions soient sur la tête de Joseph, et sur le front du prince de ses frères !

27 Benjamin est semblable à un loup qui déchire. Dès le matin, il dévore sa proie, et sur le soir encore, répartit le butin.

28 Tous ceux-là ont formé les douze tribus d’Israël, c’est ainsi que leur parla leur père et qu’il les bénit, en prononçant pour chacun sa bénédiction propre.

La mort de Jacob

29 Jacob leur donna ses instructions : Je vais aller rejoindre mes ancêtres, enterrez-moi auprès de mes pères dans la caverne qui se trouve dans le champ d’Ephrôn le Hittite,

30 dans la caverne du champ de Makpéla, vis-à-vis de Mamré, au pays de Canaan, la caverne qu’Abraham a achetée, avec le champ, à Ephrôn le Hittite en propriété funéraire.

31 C’est là qu’on a enterré Abraham et sa femme Sara ; c’est là qu’on a enterré Isaac et sa femme Rébecca. C’est là aussi que j’ai enterré Léa.

32 Le champ et la caverne qui s’y trouve ont été achetés aux Hittites.

33 Lorsque Jacob eut achevé d’énoncer ses instructions à ses fils, il ramena ses pieds sur son lit, expira et fut réuni à ses ancêtres.

L’enterrement de Jacob

50 Joseph se jeta sur le visage de son père, pleura sur lui et l’embrassa.

Puis il ordonna aux médecins qui étaient à son service de l’embaumer. Ceux-ci embaumèrent donc Israël.

Ils y passèrent quarante jours, le temps nécessaire à un embaumement, et les Egyptiens le pleurèrent pendant soixante-dix jours.

Quand les jours de deuil furent écoulés, Joseph dit aux hauts fonctionnaires de la cour du pharaon : Si vous voulez bien m’accorder cette faveur, portez à l’attention du pharaon

que mon père m’a fait prêter serment en disant : Me voici sur le point de mourir ; j’ai fait creuser un tombeau au pays de Canaan, c’est là que vous m’enterrerez. Maintenant donc, permets-moi d’y monter pour ensevelir mon père ; après quoi, je reviendrai.

Le pharaon répondit à Joseph : Va et enterre ton père, comme il te l’a fait jurer.

Joseph partit donc pour ensevelir son père, accompagné de tous les hauts fonctionnaires du pharaon, des dignitaires de sa cour et de tous les hauts responsables d’Egypte,

ainsi que de toute sa famille, et celle de ses frères, toute la famille de son père. Ils ne laissèrent dans le pays de Goshen que leurs enfants, leurs moutons, leurs chèvres et leurs bovins.

Joseph fit le voyage, escorté et de chars et de leur équipage ; le convoi ainsi formé était très impressionnant.

10 Lorsqu’ils furent arrivés à l’Aire d’Atad, située de l’autre côté du Jourdain, ils y célébrèrent de grandes funérailles très imposantes. Joseph mena deuil pour son père pendant sept jours.

11 En voyant ces funérailles dans l’Aire d’Atad, les Cananéens qui habitaient le pays dirent : Ce doit être un deuil important pour les Egyptiens. C’est pourquoi on a nommé cet endroit de l’autre côté du Jourdain : Abel-Mitsraïm (Deuil de l’Egypte).

12 Les fils de Jacob firent donc ce que leur père leur avait demandé.

13 Ils le transportèrent au pays de Canaan et l’enterrèrent dans la caverne du champ de Makpéla qu’Abraham avait achetée avec le champ à Ephrôn le Hittite, comme propriété funéraire vis-à-vis de Mamré.

14 Après avoir enterré son père, Joseph revint en Egypte avec ses frères et tous ceux qui l’avaient accompagné aux funérailles.

Le Dieu souverain

15 Maintenant que leur père était mort, les frères de Joseph se dirent : Qui sait, peut-être Joseph se mettra-t-il à nous haïr et à nous rendre tout le mal que nous lui avons fait.

16 Alors ils lui envoyèrent un messager pour lui dire : Avant de mourir, ton père nous a donné cet ordre :

17 « Vous demanderez à Joseph : Veuille, je te prie, pardonner le crime de tes frères et leur péché ; car ils t’ont fait beaucoup de mal. Oui, je te prie, pardonne maintenant la faute des serviteurs du Dieu de ton père.» En recevant ce message, Joseph se mit à pleurer.

18 Ses frères vinrent en personne se jeter à ses pieds en disant : Nous sommes tes esclaves.

19 Mais Joseph leur dit : N’ayez aucune crainte ! Suis-je à la place de Dieu ?

20 Vous aviez projeté de me faire du mal, mais par ce que vous avez fait, Dieu a projeté du bien en vue d’accomplir ce qui se réalise aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux.

21 Maintenant donc, n’ayez aucune crainte, je pourvoirai à vos besoins ainsi qu’à ceux de vos enfants. Ainsi il les rassura et toucha leur cœur par ses paroles.

La fin de la vie de Joseph

22 Joseph demeura en Egypte, ainsi que la famille de son père. Il vécut cent dix ans.

23 Il vit les descendants d’Ephraïm jusqu’à la troisième génération ; de plus, les enfants de Makir, fils de Manassé, furent placés sur ses genoux à leur naissance.

24 A la fin de sa vie, il dit aux siens : Je vais mourir, mais Dieu ne manquera pas d’intervenir en votre faveur et vous fera remonter de ce pays vers celui qu’Il a promis par serment à Abraham, à Isaac et à Jacob.

25 Puis Joseph fit prêter serment aux Israélites en leur disant : Lorsque Dieu interviendra pour vous, vous emporterez d’ici mes ossements.

26 Joseph mourut à l’âge de cent dix ans ; on l’embauma, et on le déposa dans un sarcophage en Egypte.

Haftarah

La haftarah (en hébreu : הפטרה – haftara ou haftarot au pluriel) est un texte issu des livres de Neviim (les Prophètes), lu publiquement à la synagogue après la lecture de la parasha, lors du Shabbat ou des jours de fêtes juives.

1 Rois 2:1–12 

Mort du roi David et ses dernières recommandations à son fils Salomon.

David approchait du moment de sa mort, et il donna ses ordres à Salomon, son fils, en disant :

Je m’en vais par le chemin de toute la terre. Fortifie-toi, et sois un homme !

Observe les commandements de l’Éternel, ton Dieu, en marchant dans ses voies, et en gardant ses lois, ses ordonnances, ses jugements et ses préceptes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse, afin que tu réussisses dans tout ce que tu feras et partout où tu te tourneras,

et afin que l’Éternel accomplisse cette parole qu’il a prononcée sur moi : Si tes fils prennent garde à leur voie, en marchant avec fidélité devant moi, de tout leur coeur, et de toute leur âme, tu ne manqueras jamais d’un successeur sur le trône d’Israël.

Tu sais ce que m’a fait Joab, fils de Tseruja, ce qu’il a fait à deux chefs de l’armée d’Israël, à Abner, fils de Ner, et à Amassa, fils de Jéther. Il les a tués ; il a versé pendant la paix le sang de la guerre, et il a mis le sang de la guerre sur la ceinture qu’il avait aux reins et sur la chaussure qu’il avait aux pieds.

Tu agiras selon ta sagesse, et tu ne laisseras pas ses cheveux blancs descendre en paix dans le séjour des morts.

Tu traiteras avec bienveillance les fils de Barzillaï, le Galaadite, et ils seront de ceux qui se nourrissent de ta table ; car ils ont agi de la même manière à mon égard, en venant au-devant de moi lorsque je fuyais Absalom, ton frère.

Voici, tu as près de toi Schimeï, fils de Guéra, Benjamite, de Bachurim. Il a prononcé contre moi des malédictions violentes le jour où j’allais à Mahanaïm. Mais il descendit à ma rencontre vers le Jourdain, et je lui jurai par l’Éternel, en disant : Je ne te ferai point mourir par l’épée.

Maintenant, tu ne le laisseras pas impuni ; car tu es un homme sage, et tu sais comment tu dois le traiter. Tu feras descendre ensanglantés ses cheveux blancs dans le séjour des morts.

10 David se coucha avec ses pères, et il fut enterré dans la ville de David.

11 Le temps que David régna sur Israël fut de quarante ans : à Hébron il régna sept ans, et à Jérusalem il régna trente-trois ans.

12 Salomon s’assit sur le trône de David, son père, et son règne fut très affermi.